La Charte de Lampedusa – Du 31 janvier au 2 février 2014

Le 3 octobre dernier, à quelques kilomètres de l’île de Lampedusa, 368 femmes, hommes et enfants ont perdu la vie alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Europe.
Quelques jours après, dans les mêmes eaux, des centaines d’autres personnes en provenance de Syrie se sont noyées en mer.

Ce ne sont que quelques victimes parmi les milliers que les frontières européennes causent: environ vingt mille pendant ces vingt-cinq dernières années.
Toutefois, l’Union Européenne malgré la crise, ne cesse d’investir des milliards d’euros pour la militarisation des frontières: à Lampedusa comme à Melilla, avec le mur d’Evros ou avec les patrouilles de Frontex et jusqu’au cœur du désert libyen, où l’Union a externalisé ses dispositifs de contrôle.

Mais les frontières de l’Europe ne produisent pas seulement des morts.
Les frontières ont des effets dévastateurs sur la vie de ceux qui les traversent et sur celle de nous tous. Les frontières, comme les lois qui les soutiennent, créent des hiérarchies entre les détenteurs d’un passeport qui appartient à l’Union européenne et ceux qui ne sont pas citoyens européens. Les frontières conditionnent aussi la mobilité des citoyens communautaires, elles font une sélection entre les migrants “économiques” et les “réfugiés”, séparent “anciens” et “nouveaux” pauvres, produisent exploitation et chantage. De plus, elles appauvrissent les droits de tous par le biais de dispositifs de contrôlé à l’encontre de ceux qui rejoignent l’Europe et sont liées aux politiques d‘austérité en révélant les causes d’une injustice globale désormais chronique et structurelle.

Tout ceci se manifeste dans le cadre d’un appauvrissement radical des institutions démocratiques, d’une utilisation continue et prévaricatrice de la loi, d’une trahison permanente des principes d’universalité et d’inaliénabilité sur lesquels les droits se fondent.

C’est pourquoi nous voulons réécrire la géographie de l’Europe et avec elle, la carte de nos droits.

Du 31 janvier au 2 février 2014 nous nous retrouverons à Lampedusa pour écrire LA CHARTE DE LAMPEDUSA pour opposer à cet état des faits un autre droit, écrit à partir du bas. Un droit à la vie qui mette au centre les personnes, leur dignité, leurs désirs et leurs espoirs, un droit qu’aujourd’hui aucune institution ne réussit à garantir, un droit à défendre et à conquérir, un droit de tous et pour tous.
Un droit qui naît des revendications des réfugiés qui campent dans les rues, des voix de femmes et d’hommes qui demandent la liberté de se déplacer ou de rester là où ils ont choisi de vivre. Il naît des mobilisations contre les expulsions et les renvois à la frontière, des occupations de maisons abandonnées pendant que des millions d’individus n’ont plus de toit, des luttes pour le revenu, pour des conditions de dignité au travail et contre l’esclavage moderne. Il naît aussi des initiatives de solidarité et des pratiques de secours mutuel et de coopération, des remises en question des structures juridiques, des parcours de lutte contre les discriminations et le racisme, des batailles contre les centres de rétention, afin de donner vie à de nouveaux droits de citoyenneté, qui éliminent tout principe d’exclusion qui a caractérisé l’institution ces dernières décennies.

Des dizaines de mouvements et d’associations, de réseaux et d’organisations européennes et nord-africaines travaillent en ce moment ensemble pour se rencontrer à Lampedusa et commencer là-bas à réécrire l’histoire de l’espace méditerranéen, mais aussi au delà, en commençant par renverser l’image d’une Lampedusa médiatisée comme île frontière.

Écrivons ensemble la CHARTE DE LAMPEDUSA
Un pacte constituant au sein de la diversité, un processus collectif, un espace commun que chacun aura la responsabilité de préserver, à sa façon et avec ses modalités propres, une occasion pour commencer à comprendre collectivement comment construire une géographie du changement qui dépasse les frontières imposées par l’Europe, afin de transformer ce manifeste en réalité.

PROGRAMME


Vendredi 31 janvier 2014

– 14h00
Accueil à l’aéroport de Lampedusa

– 17h00
De Lampedusa à l’Europe
Rendez-vous avec Giusi Nicolini, la maire de Lampedusa. Pour connaître la réalité de l’île, les voix de ses habitants, la vie d’un lieu condamné à être une frontière à cause des politiques européennes.
Les voix des participants arrivés des pays européens et nord-africains


Samedi 1 février 2014

– 9h00
Débat et rédaction de la Charte de Lampedusa
A partir du travail commencé sur le docuwiki lacartadilampedusa.org (pour avoir accès au docuwiki et écrire, demandez le mot-clé à info@lacartadilampedusa.org)

– 11h30
Pause café

– 11h45
Suite des travaux

– 14h30
Pause déjeuner et travaux de réécriture de la Charte à partir du débat du matin

– 17h00
Présentation du document final et approbation par l’assemblée


Dimanche 2 Février 2014

– 9h00
Assemblée plénière
Discussion d’un programme d’action et des mobilisations européennes, pour construire un réseau et partager des campagnes, des rendez-vous et des initiatives.


OUTILS ET INFOS PRATIQUES

– Pour contribuer à la rédaction de la Charte de Lampedusa allez sur le docuwiki lacartadilampedusa.org

– Pour plus d’info sur l’évènement, pour s’inscrire à la liste e-mail, pour des infos sur les vols et l’hébergement visitez le site web: lacartadilampedusa.org ou écrivez à l’adresse e-mail: info@lacartadilampedusa.org

– pour diffuser l’évènement :
Facebook: La Carta di Lampedusa
Twitter: hastag #cartadilampedusa


SOUTENEZ LA CHARTE DE LAMPEDUSA

Avec une petite ou une grande donation on peut contribuer à la réalisation de cet important évènement collectif et indépendant.

– Virement bancaire à Banca Popolare Etica EU IBAN: IT59T0501812101000000134453 à Tele Radio City s.c.s.
Causale: Carta di Lampedusa