logo

Documento a cura del
Progetto Melting Pot Europa
web site: http://www.meltingpot.org

redazione@meltingpot.org

Home » Sans-papiers » Domande frequenti (FAQ)

Citoyenneté italienne - Peut-elle être transmise par la parenté du grand-père et de l’arrière-grand-père?

12 luglio 2004

Question - Je suis à Santiago du Chili. Mon italien est très pauvre.
J’ai droit à la citeyenneté et j’ai obtenu tous les documents nécessaires italiens, chiliens et de l’Uruguay
Mais j’ai un petit problème que Je dois resoudre et Je ne sais comment faire. Mon grand-père avait le nom de famille qui se terminait avec "...appo" et en enregistrant le mariage il fut transformé en "...appa".
Pendant le siècle dernier c’était assez normal de changer les terminaisons des noms dans les documents officiels. Dans ma famille il y a donc des "...appo", "...appa" et des "...appi" et donc au moment de la naissance, du mariage, de la mort, comme pour les enfants, on ne respectait pas le même nom.
La même chose se passe pour des noms du type "Vitale" et "Vitali" ou encore pour des "Sgambato" et "Sgambati" etc. Pensez-Vous enfin que ce soit un problème pour obtenir la citoyenneté italienne?
Merci.

Réponse - L’intéressé est d’origine italienne actuellement résident en Amérique Latine et indique qu’il a droit à la citoyenneté italienne car son arrière-grand-père aurait été italien.
En vérité il faut dire qu’il a commis une erreur car - malheureusement - ce n’est pas la même chose d’avoir un grand-père ou un arrière-grand-père italiens ou alors avoir un des deux parents citoyens italiens. La situation n’est pas aussi simple.

On explique:
A) Le fils du père ou de la mère qui au moment de la naissance était encore citoyen italien (peu importe si après il/elle a perdu la citoyenneté italienne) est citoyen italien par la loi et sa citoyenneté italienne est objet d’une simple vérification. Dans ce cas la citoyenneté n’est pas accordée mais elle est seulement vérifiée si elle existe au moment de la naissance.

B) Tout autre chose est celui ou celle qui est d’origine italienne dans le sens que le grand-père ou un arrière-grand-père est ciotyen italien. L’origine italienne ne permet pas d’être considérés citoyens italiens dès la naissance mais permet - à certaines conditions - de pouvoir obtenir la naturalisation et donc accorder la citoyenneté italienne.

L’art. 9 de la loi n. 91 de 1992 en matière de citoyenneté, précise que l’étranger dont le père ou la mère ou un des aïeuls en ligne directe de deuxième degré (grand-père ou arrière-grand-père) ont été citoyens italiens dès la naissance, peut demander la citoyenneté italienne s’il réside en Italie légalement pour au moins trois ans.
Donc pour obtenir la citoyenneté italienne il ne suffit pas de démontrer l’origine des parents mais il est nécessaire même d’avoir une résidence légale en Italie et donc un permis de séjour régulier depuis au moins trois ans.
Cela veut dire que l’intéressé devrait d’abord trouver un système pour rentrer l’Italie (en fonction du décret-flux et donc des quotas), se stabiliser régulièrement comme travailleur extra communautaire. C’est seulement après les trois ans de séjour régulier et résidence régulière, en documentant l’origine italienne, il pourra demander la citoyenneté italienne. Malheureusement il doit forcement subir des temps d’attente notemment longs et que statuistiquement dépassent les deux ans.