logo

Documento a cura del
Progetto Melting Pot Europa
web site: http://www.meltingpot.org

redazione@meltingpot.org

Home » Sans-papiers » Domande frequenti (FAQ)

Roumanie – Que se passe-t-il à la frontière pour ceux qui rentrent dans leur pays ?

9 novembre 2005

QuestionBonjour,
Je voudrais présenter un problème que j’imagine touche à tous ceux qui ont décidé de « employer régulièrement» une colf ou badante roumaine en utilisant le décret-flux de 2005.
Sur la base du décret-flux de 2005 et à la rapidité avec laquelle cette dame roumaine a présenté la demande aux guichets de la Poste (en passant toute la nuit devant l’entrée des Postes) comme employeur j’ai réussi à avoir la possibilité de l’embaucher. Le problème est que le Gouvernement Roumain a appliqué une mesure qui prévoit « la suspension et la contextuelle séquestration du passeport pour une période de 1 à 5 ans » comme Vous avez indiqué sur votre site. En raison de cette situation cette dame ne peut plus laisser notre pays pour pouvoir y rentrer successivement avec un contrat de travail régulier car elle verrait interdite sa sortie du territoire roumain. Cette dame donc est potentiellement régularisable en Italie à condition de pouvoir rentrer dans son pays, mais elle ne peut plus le faire car elle risque sérieusement de ne plus pouvoir repartir. Que peut-on faire ?
Merci beaucoup pour Votre attention.

Réponse – Nous avons déjà parlé des procédures du Gouvernement Roumain lequel – en adoptant une normative intérieur qui constitue une sorte de pré condition pour l’entrée de la Roumanie dans l’UE prévoit l’annulation des passeports des citoyens roumains qui sont restés à l’étranger pendant plus de 90 jours sans une légitimation c’est-à-dire pour une période supérieur à celle prévue pour tourisme.

Ceci craint pour beaucoup de personnes qui se trouvent en Italie en conditions irrégulières ou qui possèdent le permis de séjour, pendant l’attente d’obtenir – ou peut être l’ont déjà obtenu – le fameux nulla osta(autorisation) pour l’embauche de l’étranger par un employeur italien en fonction du dernier décret-flux de 2005. Tous ceux qui en ce moment auraient la possibilité de rentrer en Roumanie pour obtenir le visa d’entrée pour raisons de travail – par les compétents consulats italiens – risquent de voir retiré le passeport ou rester bloqués en Roumanie, sans pouvoir utiliser leur possibilité d’entrée, tant désirée, pour raisons de travail domestique ou pour d’autres secteurs de travail.

Que faire pour de telles situations ?

C’est une situation qui de manière officielle ne devrait pas exister car les autorisations à l’entrée pour raisons de travail subordonné sont issue à des gens qui se trouvent encore dans le pays de provenance ou alors se trouvent hors l’Italie, sur demande des employeurs qui n’ont pas encore embauché ces personnes. Les employeurs donc demandent au moment où ces personnes se trouvent à l’étranger ou alors pendant leur séjour officiel en Italie pour d’autres raisons, demandent donc à être autorisés à l’embauche.
En remplissant les imprimés, les futurs employeurs assurent que ces personnes ne se trouvent pas en Italie ou alors qu’elles ne sont pas entrain de travailler au moment de la présentation de la demande.

C’est tout à fait une fiction que nous ne dévoilons pas maintenant. Nous savons très bien que la quasi-totalité des autorisations à l’entrée pour raisons de travail émises en ces dernières années avec les fameux décrets-flux ont été relatives à des personnes qui se trouvaient déjà en Italie et qui étaient entrain de travailler. Nous avons des nouvelles – dont nous ne pouvons pas confirmer la véridicité globale – d’après ces nouvelles donc le relief publique et les fortes protestations ont fait suspendre au Gouvernement Roumain l’application de cette norme qui sanctionne les citoyens roumains.
Malheureusement, pour répondre à la question nous ne pouvons pas dire que cette dame pourra rentrer tranquillement dans son pays d’origine pour pouvoir obtenir le visa d’entrée pour raisons de travail tant désiré. Nous voudrions avoir d’autres informations relatives à la procédure adoptée ces jours-ci par la Police de Frontière roumaine, pour comprendre aussi si la procédure est différente si on rentre par voie terrestre ou alors par aéroports.
Nous invitons donc tous et toutes à utiliser notre guichet radiophonique du Melting Pot comme point de rencontre pour recueillir les informations. Et encore nous invitons tous les travailleurs roumains, non seulement à faire une sorte de passe parole mais aussi à signaler la situation pour nous fournir des données sur ce problème aussi grave.